Route vers le sud Malgache

Publié le par Karine Massonnie

Entre calèches, varambas (charettes en bois poussées par les enfants), piétons, cyclistes, charettes à zébus, poules, chiens ou fous du volant, le  taxi-brousse chargé à ras bord tente de se frayer un chemin...
Ne se considérant propriétaires de rien, pas même de leur propre vie , l'esprit religieux des Malgaches semble guider leur conduite sur  la  route... Sur la  route enlacée des montagnes des Hautes Terres , l'aspect "Mora Mora" (doucement, doucement) typique du caractère Malgache semble être passé aux oubliettes ! Certains bolides de course  confondent routes et toboggans géants....Sensations garanties...

Les hautes maisons en brique rouge et en boue séchée au solieil colonisent les  hauts plateaux , et les  rizières en terrasse rappellent les  origines indonésiennes de la  culture malgache.
Les différents camaieux de vert des rizières se mélangent au rouge de la  latérite , mise à nue  par la  déforestation violente.
Les forêts d'eucalyptus et de conifères arpentent les  reliefs morcelés des Hautes Terres...
Les lumières de ces tableaux naturels m'apaisent, tout comme les  villages traversés perdus au  milieu de nulle part d'où émane une atmosphère tragique et mystérieuse...

Antsirabe. Quelques jours de randonnée à la  rencontre des paysans des hauts plateaux nous font découvrir les  secrets cachés d'un Madagascar plus profond et plus intime...

Fianarantsoa . Capitale du  pays Betsiléo et porte d'accès au grand sud...
Le retour à la  ville est opressant: pollution , mendicité , odeurs nauséabondes , corruption...
Le fantasme de l'Occident se fait à nouveau ressentir et les  mains tendues nous agressent chaque jour un peu plus...

2 jours clouée au  lit par une petite indigestion et le  besoin de se réoxygéner d'un petit supplément  "vert" à ce voyage entre ocre , ambre et vermillon se fait sentir...
La mythique et unique ligne ferroviaire Fianarantsoa -Manakara nous promet la  mer au  bout des rails, après une descente vertigineuse au travers de champs de thé , bananiers, caféiers , manguiers...
Mais c'est sans compter sur la vétusté de l'appareil! La voie accuse les assauts du temps , tout comme le  matériel roulant...Le départ du jour est incertain; le prochain , s'il a lieu, sera dans 2 jours...

4 heures d'attente dans une ambiance bon enfant sur le  quai de gare entre bagages , bananes , poules et voyageurs...
4 heures d'attente d'une utopique  réparation de la  pompe à injection de la  locomotive qui crache ses poumons dans le ciel déjà noir de Fianarantsoa...

Une rencontre fortuite avec 3 sympathiques entrepreneurs en vadrouille qui remontent vers le  nord et nous voilà reparties dans la  direction diamétralement opposée à celle initialement prévue !...Précieuse liberté de tracer sa route aux aléas des rencontres...

Confortablement installées dans un minibus dernier crû , les  kilomètres s'enchainent vers Tana et  le  soleil couchant embrasant les hautes terres nous offre une impression de totale redécouverte...
Quelques pauses épicuriennes et des bribes de discussions pseudo-philosophiques agrémentent le trajet...
Jacques , Hervé, Alain...une rencontre inattendue qui redessine le  cours de notre voyage...

Publié dans Madagascar

Commenter cet article

axel 18/05/2007 23:04

Assis sur la terrase derriere la maison à la baule, c'est toujour aussi super de voyager un peu avec toi.

Gros bisoux

nanax

fanoch 18/05/2007 10:41

MERCI ET BONNE ROUTE LES FILLES